Recueil d’informations : des grands parents très enthousiastes

Exceptionnellement, je ne vais pas traiter d’un thème ou un sujet mais plutôt un moment que j’aimerais partager avec vous.
Ma femme avait contacté ses grands parents maternels afin de passer leur dire bonjour mais aussi, et surtout pour moi, de recueillir des informations sur leurs parents et grands parents. Nous sommes venus avec ma belle mère (leur fille).
Avant notre venue, les grands-parents avaient préparé des documents, en l’occurrence, les cartes d’identités des parents du grand-père ainsi que leur livret de famille.
Le début de « l’entretien » était un peu gêné, ne sachant comment commencer. Les quelques documents traînant sur la table, j’ai commencé à les photographier.

À ce propos, j’ai suggéré dans un billet précédent de prendre votre smartphone pour photographier vos documents. Il s’est avéré que le mien avait ses limites: je vous conseille donc de prendre un reflex, il vous permettra de faire de bien meilleurs clichés plus détaillés, les photos noir et blanc d’époque ont une qualité exceptionnelle!

Je pensais que ma pêche aux informations serait un peu maigre mais voilà que j’informe la grand mère de ma femme que tout type d’information m’intéresse, notamment les photos des individus. Voilà que la situation se débloque : il s’est avéré qu’ils avaient des tonnes de photos, lesquelles faisaient resurgir des souvenirs à la fois aux grands parents et à ma belle mère. Les informations foisonnaient d’un coup. J’ai ainsi appris que chacun des grands parents faisaient partie d’une famille de 6 enfants (!) et nous avons pu mettre un visage sur chacun et quelques annecdotes.
J’ai vraiment senti que cette collecte leur apportait aussi une joie de se souvenir, de partager, de se rappeler ensemble des moment qu’ils avaient enfouis.
Le clou étant une photo d’une maison que je n’ai pas tout de suite reconnue. La photo datait d’environ 1900. Dessus, nous voyions, nous le supposons, posant devant la maison, la mère de la grand mère de mon épouse ainsi que sa mère et ses soeurs (vous suivez?). Cette maison s’est avérée être celle dans laquelle nous étions. Chose qu’ignorait mon épouse. 
En guise de photo d’introduction, j’ai mis ce portrait d’une tante du grand père que je trouvait assez émouvant.
Publicités

Base de données généalogique

Des données à organiser

Nous allons traiter dans ce billet de la manière de stocker les informations que vous allez découvrir.
En effet, vous allez vouloir stocker des informations de type :

  • individus : date de naissance et de mort
  • relations : mariages, parents/enfants
  • lier des photos, des copies des actes aux événements et individus

Sites web

    Il existe un certain nombre de sites web vous permettant de stocker ces informations, plus ou moins payant selon les prestations que vous allez éxiger :

    Un logiciel : GRAMPS

    Mais personnellement, je travaille avec un logiciel GRAMPS (désolé pour l’anglais). Assez intuitive (je trouve), l’interface permet une saisie assez rapide. Grâce aux différents onglets, la saisie pourra se faire selon différents vues :

    • fiche individus : saisie classique de formulaires
    • relations : adaptée à la saisie de frères et soeurs, l’édition de mariages
    • lignée : permet d’ajouter des parents à un individus et de parcourir plus facilement une lignée (très clair)

    Je n’utilise pas les autres vues, elles sont de toute manière accessible lorsqu’on édite un individu ou un événement (par exemple: lieu ou media).

    Pour le moment, je n’ai pas vraiment eu de blocage concernant la saisie de mes infos :

    • Je stocke les individus
    • lorsque j’ai une nouvelle information (naissance, décès, mariage) je l’ajoute à l’individu
    • Lorsque je dois corriger une information, je la recherche dans une des vues (la plus adaptée) en fonction de son type.
    • J’attache des captures d’écran des actes que je trouve aux événements auquel elles font référence.

    Je n’ai par contre pas trouvé le moyen de définir la profession d’un individu.
    Je n’ai pas non plus utilisé l’onglet sources afin de décrire où à été trouvée l’information

     Concernant l’export, vous avez un choix assez conséquent de rapports, diagrammes (relationnels), arbre/roue des ascendants/descendants. Vous pouvez générer une image, un pdf, un svg. Si vous souhaitez importer votre travail sur un site web (voir ci-dessus), vous pouvez effectuer des exports notamment au format gedcom.

    Le programme en lui même est libre et gratuit, et téléchargeable en version Linux, windows ou Mac.
    Je vous laisse lire la doc complète en français 😉

    Les blogs, sites

    Pour se mettre au courant des techniques, des actualités concernant la généalogie, il existe un certain nombre de blogs/pages facebook/comptes twitter qui vous permettrons de vous tenir à jour.
    Sur la page de ce blog dans le cadre à droite Ma liste de blogs vous retrouverez les derniers billets des blogs que je suis (liste que j’enrichis assez souvent).
    Si vous voulez prospecter plus loin, il y a la bible de la généalogie concernant les ressources sur le web, à savoir Geneannuaire sur lequel vous trouverez des pointeurs vers des mines d’informations !
    Parmi les blogs/comptes twitter que je suis particulièrement, il y a :

    Bonne lecture. Si je comprends bien je ne vous revois plus 😉

    Les archives departementales en ligne

    Comme je l’ai mentionné dans le billet précédent, pour retrouver vos ascendants, vous allez pouvoir utiliser les archives départementales en ligne.

    Les sites départementaux 

    A part le fait qu’ils soient listés sur le site des archives départementales et qu’ils soient régis par le réglement de la CNIL. Il n’y a pas d’homogénéité entre départements.

    Par exemple, dans les 2 départements où j’ai effectué des recherches – à savoir les départements du  Bas-Rhin (67) et du Maine-et-Loire – les registres des naissances sont regroupés par années pour l’un et par des ensembles d’années (allant de 4 à 10 ans) pour l’autre. Pour les tables décénales, l’un va proposer pour chaque décénie un registre contenant naissances (N), mariages (M) et décès (D) alors que l’autre proposera un registre pour chacun.

    Quel documents sont proposés?

    Vous allez trouver différents documents selon les périodes et selon les sites.
    De manière générale, il y aura :

    • Les tables décénales (notées TD)
      • liste les événements qui se sont passés dans la décénie.
      •  lorsque le registre décénal regroupe les naissances, mariages et décès (NMD), il sont bien souvent groupés dans cet ordre.
      • Les registres annuels d’état civil :
        • d’actes de naissance (notés N)
        • d’actes de mariage (notés M)
        • d’actes de décès (notés D)
        • occasionnellement les publications de mariage (notés PM)
      • Les registres religieux
        • Baptèmes (notés B)
        • Mariages (notés M)
        • Sepultures (notés S)
      • Les listes nominatives de population
        • recensements
        • dénombrement
        • très utiles pour voir qui vivait avec qui et où

      Pour les registres annuels, il existe souvent un index, situé en fin de registre ou de « chapitre » (index des naissances, des décès et des mariages).

      • pour la période 1807 à 1890 (on peut aller jusqu’à 1900 pour certaines communes mais c’est très rare), on retrouvera :
        • les tables décénales (TD)
        • les actes d’états civils (NMD)
      • pour la période 1820 à 1866, on retrouvera les listes nominatives (recensement)
      • pour la période 1793 à 1806, les tables décénales et état civils seront datés du calendrier républicain. Pour convertir la date en calendrier grégorien, vous pouvez aller sur ce site (il en existe bien d’autres)
      • Pour des dates antérieures à 1793, il n’y aura plus que des registres religieux couvrant généralement plusieurs dizaines d’années.

      Pour plus d’explications sur les périodes d’introduction et de production de ces documents je vous invite à lire la page de conseils des archives du cg67.

      Particularités alsacienne

      L’Histoire très mouvementée de l’alsace est visible dans les registres.
      Ainsi, il y a des états civils rédigés en allemand entre 1793 et jusqu’à 1806, puis en français jusqu’en 1871, où on revient à l’allemand avec comme particularité l’écriture kurrenschrift. Et les registre religieux (antérieurs à 1793) sont en latin (!). Je vous renvois encore une fois à la page de conseils des archives du cg67 notamment le document «  Jalons historiques et spécificités alsaciennes« .

      Si vous êtes amenés à déchiffrer des registres en kurrenschrift, je vous conseil d’imprimer le « codex » comme je m’amuse à le nommer. Cela vous permettra de déchiffrer plus vite.

      Comment commencer ?

      Maintenant que vous êtes bien motivés, convaincus du bien fondé de vos recherche par quel bout commencer ?

      Commençons par le commencement : vous! 

      Vous savez (je l’espère!)où vous êtes nés, le nom de vos parents, de vos grands parents, peut être vos arrières grands parents? Vos frères et soeurs, vos oncles, vos cousins/cousines! Si on compte, ça fait déjà un beau petit groupe! En plus, ça peut créer des liens qu’on n’a pas forcément eu l’occasion de développer.

      Recherche généalogistes dans la famille ou toutes infos !

      Il est pratique/probable que quelqu’un dans votre famille ait déjà effectué des recherches. Soit, vous pouvez le recontacter, ou alors trouver quelqu’un à qui il a fourni des infos.

      Dans mon cas, ma mère avait un arbre des ascendants d’un de ses oncles et une cousine avait fait de même pour une branche coté paternel.
      Ensuite, vous pouvez interroger les grands parents demander à consulter les livrets de famille. Prenez des notes, des photos des actes, papiers qu’on vous présente (n’oubliez pas votre smartphone ou votre appareil photo) et des photos de familles qui vous permettront d’illustrer vos recherches.

      Les archives départementales en ligne

      Maintenant que vous avez recueilli le maximum d’infos (rien ne vous empêche d’en récolter tout au long de vos recherches), vous pouvez commencer à chercher des documents et à remonter le fil du temps.
      Notes : Veillez à obtenir des infos sur des personnes nées avant 1900. Les archives en ligne sont soumises aux lois CNIL. Sinon, il faudra vous rendre physiquement dans les mairies et archives départementales ou alors faire des demandes d’acte en ligne.
      Pour ma part, je n’ai pas eu à mettre les pieds aux archives, j’ai réussi à trouver des tonnes de documents dans les archives numérisées en ligne. Notamment sur les sites du Bas-Rhin et du Maine-et-Loire.
      Je n’ai pas eu non plus à payer (pour le moment) pour accéder à des contenus payants.

      Webographie

      http://blog.geneanet.org/index.php/post/2013/02/Faire-ses-toutes-premieres-recherches-genealogiques.html
      http://www.rfgenealogie.com/content/view/full/130809
      http://www.archives-departementales.com/?static2/debuter-une-genealogie

      La généalogie : Pourquoi se lancer dans cette démarche

      Tout d’abord, je vous invite à lire un article traitant de la question.
      Personnellement, l’idée de faire des recherches me trotte dans la tête depuis des années : j’aime l’histoire (je ne suis pas expert attention!), je m’intéresse aux gens, aux petites histoires et je m’interroge sur d’où je viens évidemment.
      Le plus effrayant/vertigineux/ahurissant c’est lorsqu’on voit le nombre de personnes dont on a hérité un petit bout, et qu’on se dit que si on enlève une seule de ces personnes qui peut ne pas avoir votre patronyme, avoir vécu une vie banale et courte : on n’existe plus.