Catégorie : etat-civil

Premières fouilles en mairie

Jusque là, j’avais réussi à progresser grâces au archives en ligne (du bas-rhin et de Maine-et-Loire), faisant ponctuellement appel à des mairies par courrier ou à l’accueil pour des documents précis.

Cette fois, j’ai décidé de débloquer la situation du coté de mon grand père maternel. Consulter les registres en mairie allait me permettre de faire le lien entre les renseignements que j’avais et les archives accesibles en ligne.

La gestion de la consultation des archives communales a l’air de dépendre des mairies et sans doute de leur taille. Pour la commune en question, j’ai dû prendre rendez-vous, on m’a fourni un registre contenant l’ensemble des tables décénales et j’ai demandé au fur et à mesure les registres qui m’interressaient.

La secrétaire de mairie, dans un souci de conservation des documents, n’a pas voulu photocopier les documents. J’ai photographié les documents avec mon reflex.

Comparativement, dans une mairie d’une commune plus importante, je suis passé à l’accueil, j’ai demandé un document précis et on m’en a fait une copie.

Concernant l’apport de ces recherches, j’ai pu confirmer toutes mes suppositions. J’ai donc les documents sur lesquels m’appuyer et quelques informations supplémentaires.

Voilà ma situation débloquée. A bientôt.

L’état civil : des données pas toujours d’équerre

Un lectrice assidue m’a signalé que dans mon article A comme Arbogast j’avais commis l’erreur de compter  2 mois et 14 jours (qui correspond à l’âge d’Arbogast) entre le 1er avril 1819 et le 4 juillet de la même année. Ce n’est pas totalement de ma faute 😉

Il est vrai que j’aurai pu faire le calcul moi même mais pour une fois, l’information était fournie.
On pourrait se dire, aussi, qu’il ne s’agit pas du même enfant, mais des Arbogaste Arbogast né à Bilwisheim en 1819, je vous laisse chercher, mais il n’y en a pas légion !
L’âge où il est décédé réellement est donc : 3 mois et 3 jours.

Tout ça pour constater que les informations que nous trouvons dans l’état civil ne sont pas toujours exacte. Et c’est normal ! L’erreur est humaine.

L’erreur précédente n’est pas très conséquente: Arbogaste est mort très jeune et dans la même année.

L’aberration la plus monumentale que j’ai pû trouver, figure sur l’acte de décès d’Anne-Marie Arbogast, la tante d’Arbogaste. Je vous laisse le découvrir.

On y apprend que Anne Marie était agée de soixante ans, soit.
Que son père n’a que 15 ans de plus qu’elle, ça devient étonnant mais pas improbable.
Mais que sa mère est agée de quarante ans (!).
Je n’ai pas encore eu le temps de trouver les éléments pour contredire l’officier d’état civil de l’époque 😉 Ni de confirmer l’âge du père lors de la naissance de sa fille.

A bientôt.