P comme Pédagogie

Comme pour mon H où je vous sollicitais à propos de votre propre histoire, j’espère pouvoir échanger avec vous à propos des manières d’aborder la généalogie avec des non initiés.

J’avoue avoir un problème pour exposer mes recherches. Pour les présenter.

Lorsque je discute avec les membres de la famille d’individus ou d’anecdotes qu’ils connaissent, je sais poser les questions, lancer des thèmes, saisir les informations.

Mais restituer des éléments plus globaux, d’un passé plus lointain concernant des individus que plus personne ne connait, j’ai un peu plus de mal!

J’ai déjà identifié quelques éléments qui intéressent l’auditoire: jusqu’à quand j’ai pu remonter, certaines anecdotes comme un nombre d’enfants impressionant, les professions notamment les plus singulières, les villages d’origine.

Seulement voilà, celà ne concerne finalement qu’une infime partie des informations recueillies. Il y a une infinité de thèmes qu’on pourrait aborder pour présenter nos ancêtres: qui savait signer, qui savait écrire, quelles étaients les religions en fonction des familles, les « dynasties » de métiers (exercer le même métier sur plusieurs générations), les militaires, les maisons familiales, etc.

Pour amener les cousines, cousins, tantes et oncles à s’intéresser à nos recherches comment présenter celà de manière consise, synthétique et attrayante? Je ne souhaite pas me lancer dans de grands textes, ni me lancer dans une histoire familiale qui me semble un travail pharaonique dans lequel il est difficile de ne pas tomber dans le romanesque (comme le souligne Elise sur son blog). Pour moi, de bon schémas valent mieux que de longs discours. Samedi, je vous parlais des arbres généalogiques circulaires, ils sont utiles pour voir l’avancée globale mais pas pour en tirer des informations précises. J’aime également l’arbre relationnel qui permet de mettre en évidence non seulement l’ascendance mais également les frateries. Pour ce type de graphique, Gramps offre également la possibilité d’y ajouter les professions, mais celà devient très vite extrêmement dense. D’autre part, j’ai également essayé les rapports textuels, mais celà ne m’a paru pas suffisamment vivant.

Alors que faire? J’aime bien l’idée de Patricia de chroniques du temps sa méthode offre une vue bien synthétique sur différents thèmes. Mais d’un autre côté, je trouve qu’on s’abstrait trop des individus et de leurs destinées.

N’existe-il pas d’autres pistes? Un intermédiaire entre synthèse et histoire familiale ? Des outils, des méthodes permettant de tirer des résumés ?

Dans de prochains articles, je vous présenterai des pistes que j’ai pu étudier mais j’attends vos réactions pour avoir la méthode miracle 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s